If You're Not The One

05 juin 2005

Juste une nuit

Au détour d'une lecture anodine ...

" Les amants emerveillés vécurent dans les yeux l'un de l'autre, ne sachant plus si c'était ciel ou terre " Perceval de Chretien de Troyes.

Posté par Amarillo à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mai 2005

All the things she said

Rien de plus laborieux que de commencer une jolie journée de printemps par deux longues heures de Philosophie, alors que l'on sent le soleil caresser sa peau à travers les fenêtres, la seule envie qui vient est de se lever et de prendre la main de ma voisine de classe, ouvrir la porte et courir. Courir dans ce long couloir qui parait sans fin et frapper dans les grosses portes retiennent tout souffle de vie. Elles volent en éclat, mais nous libèrent, le vent frais et léger remplit nos poumons, suffoquant des premièrs bribes de mots de notre chère professeur. Mais il n'en n'est rien, nous restons assis face à ce grand tableu vert qui peu à peu se voit inscrit de lettres, puis de mots, pour former des phrases qui paraissent floues. Les deux heures passent finalement rapidement, car ma voisine qui est une amie et moi même nous parlons de notre weekend, puis nous rions sans nous retenir de tout ce que nous voyons ...

Mais voilà que je pense à elle, cette jeune fille jeune et jolie, lègère et intelligente, douce et belle ... comme si les 9 muses s'étaient penchées sur son berceau pour lui offrir tous les dons. Le conte de fée de La belle au dois dormant n'est rien à coté. Je sais que je ne vais pas supporter ce silence entre nous, mais que faire. Elle est avec un garçon depuis quinze mois et ne cesse de me charmer, elle le sait notre attirance n'est pas anodine. Nous la ressentons tous les deux mais elle connait ce piège que nous avions crée l'été dernier, qui s'était achevé sur un silence long de six mois. Aujourd'hui nous reprenons contact et je succombe de nouveau. C'est une attirance que je n'arrive à controler que lorsqu'il y a de la distance. Elle qui me convint que sa relation n'est plus stable et qu'elle voulait être dans mes bras, me dit hier qu'elle veut seulement mon amitié. If you're not the one ... je ne veux plus me sentir jouet, dans ce monde où je ne crois plus à l'amour, où ma conception en reste vague ...

Perdu, encore une fois ... I'am totally lost ...

If you’re not the one then why does my soul feel glad today?
If you’re not the one then why does my hand fit yours this way?
If you are not mine then why does your heart return my call
If you are not mine would I have the strength to stand at all

I'll never know whatthe future brings
But I know you're here with me now
We’ll make it through
And I hope you are the one I share my life with

I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand
If I’m not made for you then why does my heart tell me that I am?
Is there any way that I can stay in your arms?

If I don’t need you then why am I crying on my bed?
If I don’t need you then why does your name resound in my head?
If you’re not for me then why does this distance maim my life?
If you’re not for me then why do I dream of you as my wife?

I don’t know why you’re so far away
But I know that this much is true
We’ll make it through
And I hope you are the one I share my life with
And I wish that you could be the one I die with
And I pray in you’re the one I build my home with
I hope I love you all my life

I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand
If I’m not made for you then why does my heart tell me that I am
Is there any way that I can stay in your arms?

‘Cause I miss you, body and soul so strong that it takes my breath away
And I breathe you into my heart and pray for the strength to stand today
‘Cause I love you, whether it’s wrong or right
And though I can’t be with you tonight
You know my heart is by your side

I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand
If I’m not made for you then why does my heart tell me that I am
Is there any way that I could stay in your arms

Posté par Amarillo à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2005

Et si le début, ne voulait pas de fin

Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d'un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l'essentiel. Elles ne vous disent pas jamais "Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu'il préfère ? Est-ce qu'il collectionne les papillons ? " Le Petit Prince !

Pour ne plus jamais me perdre, je viens laisser ici quelques mots qui j'espère éclaireront mon chemin. La lumière émane rarement des choses complexes, je me demande alors si elle voudra bien me suivre. Je voudrai l'apprivoiser mais elle ne se décide pas à vouloir m'approcher. Je vais sceller les paroles, afin que plus jamais je ne les oublie. Ici reposera, mes cendres, mes larmes, mes sourires, mes envies, mes rires, mes questions. Il est temps que je me découvre et que je me libère. Pour ne plus jamais rester dans la pénombre, pour qu'enfin je puisse chasser les ombres et que je reprenne vie. Laissons entrer le soleil, sur nos jeunes corps, caresser nos esprits anciens. Pour ne pas disparaitre, laisser une trace de soi.

Je ne sais pas pourquoi je suis ici ce soir, je devrai être avec toi ... mais pour le moment je ferme les yeux et je te rejoints dans ce lieu où tu ne voulais pas aller, je t'en veux de ne pas m'avoir regarder. Tu sais que je t'aime, mais tu fais comme si je n'existais pas. Tu as peur de nous, alors que tu rêverais qu'il existe. Retrouves ton chemin, je te tendrai la main, puis l'une dans l'autre, nous marcherons sans nous arrêter ...

Confus et complexe, ce premier écrit, mais il n'est que le reflet d'une âme tourmentée. Si lecteur il y a je lui souhaite Buena Suerte pour retrouver son chemin. Moi-même je m'y perds ...

Dessine-moi un mouton, s'il te plait et accroche-le dans le ciel étoilé ...

Posté par Amarillo à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]